Fabrications en carbone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos boomerangs peuvent tirer parti des caractéristiques mécaniques hors-norme de la fibre de carbone.

- En MTA : rigidité et légèreté

- En Longue Distance : rigidité même sur des booms de très faible épaisseur

- Pour tous les types de boomerangs : solidité, quasi-impossibilité d'avoir des problèmes de vrillage et autres pertes de réglages intempestives (c'est cependant aussi un défaut pour certains types de boomeransg si on veut pouvoir modifier facilement les dièdres et incidences pour s'adapter au vent et aux conditions de vol, par exemple en fast-catch et endurance)

- Esthétique : ça se discute, mais les reflets que produisent les tissages et nappes de carbone vernies ne sont pas vilaines... et pour le plaisir des yeux ont peut également plaquer des pièces de bois sur une âme de carbone, les bords noirs du carbone feront ressortir les veines et le grain des plus belles essences de placage, jugez par vous même ci-contre =>

Il existe en gros 3 façons de fabriquer ce genre de booms :

- Moulage : permet d'avoir un boomerang possédant déjà les profils et les réglages du master. Très utilisé en MTA, un peu en aussie-round  voir parfois en LD. La reproductiblité est un aspect très intéressant et on se passe du fastidieux travail de ponçage. Mouler un boom est relativement facile, par contre la fabrication du moule en lui-même représente un travail assez important (mais pas insurmontable)

Allez, en images : Matthieu Lesieur réalise sous vos yeux le moulage d'un boom de MTA

 

Moulage d'un MTA

 

Facile non ? Bon la réalisation du moule est une autre affaire mais Matthieu nous a fait un exellent tutoriel , à télécharger en bas de la page. D'autres détails sur son site http://matleteck.jimdo.com/

- Plaques déjà stratifiées : méthode classique, on découpe dans une plaque et on ponce les profils... Construction pénible et poussièreuse (masque de qualité obligatoire!), mais au final on a quand même un boom très rigide. Ceci dit les plaques carbone/époxy sont souvent très chères et la qualité est extrèmement variable.

- Stratifier soi-même : comme pour le moulage on part de tissu de carbone et de résine époxy. Par rapport aux plaques déjà prêtes cela permet de croiser les fibres comme on le souhaite pour maximiser la rigidité. A la fin il faut quand même poncer le boom... c'est beaucoup, beaucoup de travail.  Nous ne recommandons pas cette technique mais malgré tout elle permet de réaliser certains booms de LD très pointus, pour les passionnés qui n'ont pas peur d'y passer du temps. (Tutoriel à télécharger en .pdf au bas de la page)

Book | by Dr. Radut